Quoi de neuf cette semaine dans l’univers digital ? Retour sur quelques infos marquantes des derniers jours, utiles pour briller en société ou développer sa présence en ligne ! Au programme ? Twitter renforce Periscope, son application dédiée au live, YouTube suscite la grogne des annonceurs

Twitter ouvre Periscope aux applications tierces

La bataille de la vidéo en direct aura bien lieu : la diffusion live est devenue un enjeu de développement majeur pour les géants du Web social, de Facebook à Google (YouTube) en passant par Amazon avec Twitch. Twitter de son côté travaille à renforcer son application dédiée, Periscope. Cette semaine, il a annoncé le lancement (en bêta) d’une interface de programmation, la Producer API, qui permettra de diffuser, via Periscope, à partir d’une application tierce. De nombreux partenaires ont déjà manifesté leur intérêt. Dans le lot, des réseaux sociaux, des spécialistes de la captation et des fabricants de matériel, comme les français de Giroptic, qui fabriquent une caméra à 360 degrés. Notons que de son côté, Facebook autorise depuis cette semaine la diffusion en direct depuis un ordinateur, alors qu’elle était jusqu’ici réservée au mobile.

periscope APILes grands annonceurs boycottent YouTube

YouTube est confronté à une bronca sans précédent de la part de ses annonceurs les plus importants, qui annoncent stopper leurs investissements publicitaires sur la plateforme. Raison de la grogne ? Leurs spots de pub sont parfois associés à des contenus qu’ils estiment préjudiciables sur le plan des idées ou sur celui de la notoriété, comme des vidéos appelant à la haine. Parti d’Europe en fin de semaine dernière, le phénomène concerne maintenant les plus grands noms de l’industrie américaine, dont les opérateurs Verizon et AT&T ou Johnson & Johnson. Face à une telle vindicte, synonyme d’énorme manque à gagner, Google se devait de réagir rapidement. Dès vendredi dernier, il a promis que la vigilance de ses équipes allait augmenter. Mardi, il a dû prendre des engagements supplémentaires, en promettant un ciblage plus exigeant par défaut et de nouveaux outils de contrôle. Mieux vaut savoir à quoi on adosse ses publicités !

Altice rachète Teads

C’est l’annonce qui a secoué le landerneau du digital cette semaine : Teads, la plateforme de diffusion de publicités vidéo qui a inventé le format inread, est rachetée par Altice pour environ 285 millions d’euros. Cette acquisition est intéressante à plus d’un titre : d’abord parce qu’elle signifie que la société fondée par Pierre Chappaz n’ira pas en bourse, alors que l’IPO était un temps pressentie. Elle montre aussi la stratégie qu’est en train de construire Patrick Drahi avec Altice : l’ambition d’un groupe qui maîtrise à la fois les tuyaux (SFR, Numericable…), les contenus (SFR Pesse, Next Radio TV) et la monétisation associée, comme en rêvait un certain Jean-Marie Messier il y a quelques années. Enfin, elle confirme une volonté clairement affichée de monter sur le programmatique, et certainement de préparer l’arrivée d’une nouvelle forme de publicité ciblée combinant toutes ces sources de données, soutenue par le savoir-faire technique de Teads…

logos altice teadsQuels sont les formats publicitaires perçus comme les plus intrusifs ?

La coalition Better Ads réunit les plus grands noms du secteur, régies, agences ou plateformes, dans le but de réfléchir aux bonnes pratiques qui permettront de rassurer et développer le marché de la publicité en ligne. Cette semaine, elle a publié les résultats d’une étude centrée sur la perception des différents formats publicitaires par les internautes, sur mobile sur sur desktop. Voici les résultats du classement, du format le plus décrié à celui qui semble le moins mal accepté.

Sur desktop :

  • pop-up
  • vidéo lancée automatiquement avec le son
  • interstitiel avec compteur
  • Grande bannière fixée au défilement.

Sur mobile, le sentiment d’intrusion est encore plus important, en priorité pour :

  • pop-up
  • interstitiel préalable au chargement
  • densité pub supérieure à 30% de la page
  • animations clignotantes.

Google Maps propose le partage de position en temps réel

Maps s’ouvre à une fonctionnalité que connaissent déjà bien les utilisateurs de l’application de guidage GPS Waze : le partage de position en temps réel, pour visualiser sur une carte où se trouve un contact. De la même façon, on peut communiquer un ETA, soit une estimation de l’heure d’arrivée, qui sera actualisée au fil d’un itinéraire programmé. Cette fonctionnalité sera prochainement déployée sur les versions Android et iOS de l’application, a promis Google. Cette annonce ne sera pas forcément vue d’un très bon oeil par les startup comme Zenly, qui travaillent justement sur ces problématiques de localisation en temps réel, mais elle donnera certainement des idées aux spécialistes de la livraison de repas…

localisation maps

Alex

Auteur Alex

More posts by Alex

Ecrire une réponse